Scènes bretonnes (1)

SAINT-MALO

C’est un bel après-midi d’octobre ensoleillé. Il fait plus chaud aujourd’hui que certains jours du dernier été. Le cycle des saisons n’est plus ce qu’il était.
Je marche dans la vieille ville grise défigurée par les publicités agressives. De la terrasse où je bois une bolée de cidre, je vois des magasins semblables à ceux de tant d'autres villes. Ce sont les mêmes enseignes, les mêmes chaînes. La société marchande a envahi les lieux  historiques. 
Il faut un peu d’imagination pour deviner le Saint-Malo d’autrefois, sans voitures, sans panneaux publicitaires, et retrouver un instant la ville des aventuriers des mers…






Au cœur de la ville, il faut d'abord oublier  la laideur 
des magasins moroses.
Alors arrive du large une odeur pénétrante d’iode et 
de varech.
Et déjà l’on entend  le chant de la mer.



Commentaires