Le racisme biologique au 19e siècle


NOTES DE LECTURE

En 1983, les éditions La Découverte/ Maspero publiaient un petit livre de 64 pages : « Races imagées et imaginaires » qui reprenait des extraits d’un ouvrage de 600 pages, Les races humaines, paru en 1872 et écrit par Louis Figuier, un docteur en médecine, également titulaire d’un doctorat ès sciences physiques.
Pourquoi exhumer aujourd’hui la pensée de cet auteur  ? 
Parce que, dans de nombreux pays, on note une nouvelle poussée de l’idéologie raciste qui s’appuie en grande partie sur les thèses défendues au milieu du 19e siècle par des auteurs (dont Figuier faisait partie) qui prétendaient parler au nom de la science. 
Ce racisme pseudo-scientifique (ou biologique) a servi pendant des décennies à légitimer le colonialisme,  il a conduit au nazisme qui prônait l’élimination  des êtres qu’il disait «  inférieurs », et la "sélection" qui donna lieu aux pires expériences.
Figuier divisait l’humanité en cinq races ( blanche, jaune, brune, rouge, noire).
Voici un florilège de la bêtise pseudo-scientifique du 19e siècle :

La race blanche : « C’est cette race qui a donné naissance aux peuples les plus civilisés… » Figuier distingue trois rameaux dans cette catégorie. Le peuple du rameau européen  illustre le mieux ces propos, écrit-il. 
Suivent des considérations sur les différents peuples. On y trouve des clichés qui perdurent encore de nos jours.
La race jaune est, elle aussi, divisée en trois rameaux.
Le Chinois « vit dans une dégoûtante et perpétuelle saleté. »
Le Japonais est « une race bien supérieure à la race chinoise. »   La race brune : L’Hindou est « incapable d’un travail soutenu » et il croit à des « superstitions grossières. »La race rouge : «  Les Indiens sont les derniers représentants de l’homme à l’état sauvage. » 
La race noire : « L’infériorité intellectuelle du Nègre se lit sur sa physionomie sans expression  ni mobilité » écrit Figuier qui ajoute plus loin : « On a tant de peine, dans beaucoup de colonies, à tirer un bon parti des Nègres… La tutelle des Européens leur est indispensable. »






Les scientifiques du siècle dernier ont heureusement balayé ces inadmissibles réflexions racistes dont certains hélas continuent de s'inspirer.

Commentaires