BRASSENS

BRASSENS



On va de nouveau parler beaucoup de Brassens cette année à l’occasion du trentième anniversaire de sa mort. L’événement phare est sans doute l’exposition qui lui est consacrée depuis le 15 mars à Paris ( Brassens ou la liberté).
En province, de nombreuses rencontres sont également prévues.
Dans le Boulonnais, le Centre culturel Georges Brassens proposait vendredi  une soirée consacrée à l’homme qui a marqué de son empreinte la chanson moderne, avec en première partie le chanteur nordiste Jacques Yvart dans un exercice difficile — interpréter le répertoire de Brassens en s’accompagnant comme lui à la guitare —  et en seconde partie avec le groupe la Mauvaise Réputation ( la  chanteuse et comédienne Cécile Brunel,  Bertrand Lemarchand à l'accordéon et Xavier Milhou à la contrebasse).
Les nombreux  chanteurs qui ont repris les chansons de Brassens en l’imitant plus ou moins ont rarement obtenu un résultat séduisant. Le groupe la Mauvaise Réputation a su réaliser une performance remarquable en revisitant à sa manière ses chansons sans les dénaturer. Au contraire, il a réussi, grâce à l’apport de la contrebasse et de l’accordéon, et à l’interprétation de sa chanteuse qui montre sur scène ses qualités de comédienne, à mettre en valeur la richesse des mélodies, leur variété. De plus, le choix judicieux des chansons  a permis en 90 minutes de faire un tour d’horizon des thèmes favoris de Brassens et de sa personnalité : anticonformiste, proche des humbles, paillard, libertaire, épris de liberté…
Le résultat est étonnant. A la fin du spectacle, le public a eu beaucoup de mal à quitter la salle.
Merci à la Mauvaise Réputation pour cette excellente soirée. 

Commentaires