DURAS (47)

Au nord-est du Lot-et-Garonne, aux limites  des départements de  la Gironde et de la Dordogne, le pays du Dropt offre ses paysages paisibles, ses vieux villages chargés d’ histoire. Ici, on ne fait pas du tourisme au sens moderne du mot, on voyage  pour rencontrer des gens,  pour se plonger dans un passé que nous rappellent ici une vieille église, là un château perché sur une colline ou une place qui a conservé ses pavés usés.

De la tour de guet, superbe vue sur la vallée

Duras est sans doute le village le plus connu de cette région, bien qu’ il soit de taille modeste ( à peine 1 200 habitants aujourd’ hui, soit 500 de moins qu’ au 19e siècle, ce qui prouve que les campagnes, malgré leurs charmes, n’ ont pu malheureusement, résister à la désertification due à la révolution industrielle).
Duras doit sa réputation d’ abord à son vin, mais aussi à son château et à Marguerite Duras. 
Les liens entre la femme de lettres et la commune de Duras sont, il faut le dire, assez ténus. Si une place du village porte son nom, c’ est parce que Marguerite, de son vrai nom Donnadieu,  avait choisi de prendre Duras pour pseudonyme, en se souvenant des agréables vacances passées dans sa jeunesse dans la maison familiale, près de là.


Quant au château, témoin de nombreuses luttes pendant la guerre de Cent ans et les guerres de Religion, il fut détruit pendant la Révolution. Complètement restauré, après trois décennies de travaux, il présente la particularité d’ appartenir depuis 1969 à la population : c’ est en effet la municipalité qui l’ a racheté et la mairie s’y est installée, près de l’ entrée.

Commentaires