Le temps des vacances 8 : CRACOVIE

Je  garde de mon premier contact avec Cracovie un souvenir profond dans lequel  se mêlent l’ émerveillement, la surprise et le sentiment d’ une empathie esthétique. 

Cracovie, novembre 1993


C’ était en 1993, à la fin du mois de novembre. J’ avais quitté Lille le matin  par un temps automnal et en  arrivant en Pologne quelques heures plus tard je découvrais un paysage tout blanc. La température était de 20 degrés en-dessous de zéro.
Ma première visite fut celle de la colline du Wawel. Le château, la cathédrale étaient superbes  mais le vent glacial était dur à supporter. 
Je me  rendis ensuite sur la place du Marché. Il y régnait une grande animation. La place, les trottoirs, étaient glissants : la neige s’ était tassée et s’ était transformée en glace. Apparemment cela ne gênait pas les Polonais qui marchaient allégrement. Quelques étals rappelaient que le temps de la domination soviétique  était encore proche : des marchands soldaient des breloques, des décorations, des photos  provenant de l’ ancien régime.
 Je commençai par acheter une chapka et un  de ces gros pulls que portent les montagnards. Dès que je posai la coiffure sur la tête, j’ eus  une impression de bien-être.
Dans le centre-ville, à mon grand étonnement, j’ aperçus  des charrettes tirées par des chevaux. C’ était là un des derniers signes du passé. Etant revenu  plusieurs fois à Cracovie dans les années qui suivirent, j’ ai été étonné par la transformation rapide de la ville.
Aujourd’ hui, ce sont des tramways ultramodernes qui sillonnent la capitale de la Petite-Pologne. 

La grand-place

La beauté de Cracovie, son caractère exceptionnel, ont été reconnus par l’ UNESCO qui l’ a placée  sur la liste du patrimoine mondial.
Cela n’ a rien d’ étonnant. La variété des monuments, la richesse culturelle et universitaire de la ville ( l’ Université Jagellonne et notamment le Grand Collège où Copernic a été étudiant), le charme de ses cafés, bars et restaurants installés en sous-sol dans des caves médiévales, le dynamisme d’ un peuple qui a surmonté les guerres, les dominations étrangères, font de Cracovie une ville qu’ on ne peut oublier.

Commentaires