Une photo, une phrase n° 10 : 11 novembre



J'aime fixer l’instant que j'ai apprécié ou qui m'a ému. C'est pourquoi lors de mes promenades, de mes déplacements, de mes voyages, j’emporte  presque toujours  avec moi  un appareil photo, outil idéal pour garder  les images que la mémoire pourrait oublier.



11 novembre

Le 20e siècle a été marqué par deux guerres mondiales d’une violence inouïe. Celle de 1914-1918 a causé la mort de près de 19 millions de personnes ( un peu moins de 10 millions de militaires, un peu moins de 9 millions de civils ). Il s’agit là d’un bilan humain concernant les deux camps. Aussi bien du côté des Alliés que du côté de la coalition soutenant l’Allemagne, il s’agissait de jeunes gens obligés de se plier à la volonté des dirigeants de leur pays.
D’un côté comme de l’autre, ils ont été victimes d’un phénomène  qui s’est produit à toutes les périodes de l’histoire humaine et qu’on a fini par présenter comme inéluctable, ce qui est contestable.
La guerre est une anomalie de la civilisation.

LA PHOTO
Il y a en France de nombreux cimetières qui nous rappellent cette sombre période.
À Etaples - petit port du Pas-de-Calais  où a été prise cette photo - reposent 11 000 soldats de diverses nationalités : il y a là des Britanniques, des Canadiens, des Australiens, des Néo-Zélandais, des Sud- Africains, des Indiens, des Belges et des Allemands.




LA PHRASE
Perçant un gazon à la belle couleur verte, abritées du vent par de grands arbres, les pierres blanches du cimetière se dressent dans un alignement monotone et impressionnant ; elles portent toutes le nom et la date de naissance d’un jeune soldat  : ils sont là, des milliers gisant sous cette terre qu'ils ne connaissaient pas, morts à vingt ans car on leur avait dit de faire leur devoir, alors qu’ils  n'avaient jamais rêvé de devenir des héros.

Commentaires