Une photo, une phrase n° 12 : Arbres abattus



J'aime fixer l’instant que j'ai apprécié ou qui m'a ému. C'est pourquoi lors de mes promenades, de mes déplacements, de mes voyages, j’emporte  presque toujours  avec moi  un appareil photo, outil idéal pour garder  les images que la mémoire pourrait oublier.

ARBRES ABATTUS

La photo
Cette photo a été prise cet été dans la forêt de Boulogne (62).
Les poètes qui ont célébré l’arbre sont nombreux. De Victor Hugo à Théophile Gautier en passant par Pierre Emmanuel et Guillevic, ils ont présenté l’arbre comme un être vivant, un compagnon indispensable : « Auprès de mon arbre, je vivais heureux » chantait Brassens.
Certains, tels Ronsard et Jean Richepin, n’aimaient pas qu’on abatte les arbres.
Dans la société moderne qui a tendance à ne voir dans la nature que l’aspect économique, on n’hésite pas à couper des arbres en pleine jeunesse. Parfois même, au nom du profit, on détruit des forêts entières.



La phrase
Je me promenais, un jour d’été, dans la forêt quand j’aperçus soudain, couchés au bord du sentier, de  grands arbres vigoureux qui la veille encore se dressaient vers le ciel, ces arbres qui me disaient qu’ils auraient aimé vivre encore pour sentir la caresse du vent sur leur feuillage, entendre gazouiller les oiseaux, offrir leur ombre au marcheur accablé de chaleur, abriter les amours d’un couple passionné, ces arbres qui avaient recueilli tant de confidences et donné tant de joies aux promeneurs.


Commentaires