Carnet de Bord (2016 - semaine 12) : Cause(s) et conséquence(s)

Le Carnet de Bord livre chaque semaine des réflexions sur notre époque, inspirées par mes activités, mes loisirs, mes sorties et l'actualité. Ces libres cheminements ont pour but de faire entendre « la rumeur du temps présent ».



Cause(s) et conséquence(s)

« Cause : Ce par quoi un évènement, une action humaine arrive, se fait..
Conséquence : Suite qu’une action, un  fait entraîne.»
(le Robert)

     Le médecin qui reçoit un patient se plaignant de douleurs à l’estomac ne va pas lui prescrire un médicament sans l’avoir interrogé, sans avoir demandé, s’il le juge nécessaire, des examens qui vont l’aider à établir un diagnostic. Il cherche la cause du mal avant de le soigner.
    Le bon professeur qui a devant lui un élève apathique, peu intéressé par le cours qu’il donne et qui rend de mauvaises copies  cherchera à comprendre les causes de l’échec de cet élève ( raisons familiales, problème de santé, mauvaise orientation...) parce qu'il veut le sortir de cette situation.
    Connaître les causes d’un problème est indispensable pour y trouver une solution. Cette règle doit  s’appliquer à tous, et particulièrement à ceux qui exercent de hautes responsabilités. Rares sont pourtant ceux qui le font.
Depuis des années, le chômage ne cesse de monter en France. Quelle en est la cause profonde ? On ne cherche pas à le savoir, on accumule les mesures inefficaces en choisissant des solutions simplistes, généralement venues du camp dominant. Le temps passe et aucune amélioration n’apparaît. 
Le terrorisme sévit à travers le monde. Il ne faut pas chercher à comprendre le phénomène, proclame, impérial, le Premier ministre, il faut agir immédiatement.
Sans réflexion préalable, le résultat n’est pas garanti et la démocratie est bafouée.

   D’un côté, on néglige la cause, de l’autre on oublie de penser aux conséquences. Il s’agit pourtant d’un élément essentiel de la responsabilité : quand on prend une décision on doit envisager les bienfaits et les inconvénients qu’elle va entraîner. S’il s’agit d’un projet économique ( comme un tunnel sous la mer) il faut s’interroger sur l’impact écologique de ce chantier, sur les effets négatifs qu’il aura sur le transport par bateau...C’est la vision sur le long terme  qui permettra de définir le meilleur projet.

   Or depuis plus de cinquante ans, on a construit n’importe où, produit n’importe quoi, sans se soucier des conséquences sociales et environnementales des actions humaines. 
    La situation dans laquelle se trouve le monde aujourd’hui résulte d’un manquement à une règle pourtant évidente : avant d’agir sur un problème, il faut chercher les causes et connaître les conséquences de l’action qu’on va mener.
Le changement est aussi dans la manière de faire.

Commentaires