La bride sur le cou n°4: TEMPS LIBRE



Printemps 1936
Front Populaire

    Dans un contexte européen menaçant, marqué par la poussée du fascisme en Allemagne, en Italie et en Espagne, les  élections législatives ont lieu en France le 5 mai et  le Front Populaire l'emporte.
    Trois semaines plus tard des grèves avec occupation d'usines  débutent. 
Le 5 juin, Léon Blum forme son gouvernement.
Le 12 juin, les lois sur les congés payés sont votées. Elles accordent  deux semaines de repos aux travailleurs. Le temps de travail par semaine passe à 40 heures. 
   Le patronat et les conservateurs crient au scandale. Pour eux c’est un encouragement à la paresse. La bourgeoisie voit d’un  mauvais œil la perspective de partager la plage avec des ouvriers.

    Cette loi sur les congés payés est une avancée sociale capitale; pour la première fois en France, un gouvernement montre que la vie du citoyen ne doit pas être consacrée seulement au travail et qu'il y a aussi un temps pour le repos, les loisirs, la culture et le sport. 
    Léo Lagrange se voit  attribuer un sous-secrétariat aux sports et à l'organisation des loisirs. Un billet populaire de congés annuels est créé; il permet  aux travailleurs d'obtenir une réduction de 40% .
   Léo Lagrange définit les loisirs comme un moyen d'émancipation : «Il ne peut s'agir dans un pays démocratique de caporaliser les distractions et les plaisirs des masses populaires et de transformer la joie habilement distribuée en moyen de ne pas penser. »

   Grâce à lui, le mouvement des Auberges de Jeunesse se développe. L'un des objectifs de ce mouvement est la redécouverte de la nature; la marche, le vélo, le tandem sont les modes de transport privilégiés des ajistes. 
    Le Front Populaire n’a pas réussi dans tous les domaines. On peut notamment lui reprocher  son absence de soutien aux républicains espagnols. Mais les lois du 12 juin sont entrées dans l’histoire du progrès social.

Printemps 2016
Loi impopulaire

   Les héritiers de Léon Blum sont au pouvoir depuis quatre ans. Qu’ont-ils fait pour bâtir à leur tour un pan du progrès social ? Ils ont fait le contraire. Englués dans un projet de loi sur le travail qui  ne va pas dans le sens de l’histoire - la réduction du temps de travail, le partage de celui-ci, une meilleure prise en compte du temps libre - ils s’obstinent par tous les moyens  à vouloir faire passer des idées d’un autre temps, provoquant la colère des jeunes et des déçus qui attendaient une autre politique. La grève s'est installée, une tension forte règne dans le pays; on ignore aujourd’hui ses conséquences possibles.

                                                                 *

Depuis le début de l’année, quatre chroniques sont publiées chaque semaine dans ce blog. Pendant le mois de juin, la publication des articles sera moins fréquente.

Commentaires