Art de vivre - été 2016 n°4 : Silences et bruits




Silences et bruits : quelques réflexions

   Une main se pose sur la joue. Selon la motivation du mouvement et la vitesse de la main quand elle arrive sur la peau, ce peut être une caresse ou une claque. 
Cet exemple montre qu'avant de porter un jugement sur un  fait il faut tenir compte  de la nature de ce fait et  des circonstances dans lesquelles il se produit.  
Ainsi dire “ J’aime le silence et je déteste le bruit” n’a pas beaucoup de sens : il y a tant de formes de silences et tant de sortes de bruits qu’on ne peut se contenter d’une sentence aussi catégorique. 
                                                        *
   Assis devant la montagne, je contemple le paysage : les grands conifères  qui recouvrent la pente, la rivière qui coule lentement, l’herbe jaunissante. La nature offre des moments incomparables  de silence propices à la méditation et à rêverie. Et si soudain on perçoit un bruit, il est presque toujours agréable : c’est un oiseau qui siffle, des grenouilles qui chantent en chœur leur joie de vivre...

   J’aime le silence des grands espaces et tous ces bruits naturels qui sont une manifestation de la vie.
                                                        *
   Dans la solitude d’une chambre ou d’un bois, certains appréhendent le silence car se retrouver seuls avec eux-mêmes les angoisse.

    Le croyant aime le silence des monastères et des abbayes car il y sent la présence d’un dieu. L’artiste et le poète sans religion trouvent dans ces lieux l’inspiration.
                                                       *
    On peut classer les bruits selon leur intensité. Cela est nécessaire pour protéger la santé des gens des pollutions sonores.
Le vocabulaire relatif aux bruits est très riche, on y compte plusieurs centaines de mots répartis en catégories : bruits légers, retentissants, aigus ou secs, sourds...*
Plus simplement, je préfère distinguer les bruits sympathiques (le chant des cigales, le gazouillis d’un oiseau, le clapotis du ruisseau, le murmure du vent, une note de musique sortant de la guitare de Mark Knopfler, la voix de Julia Migenes...) et des bruits insupportables (la détonation d’une bombe, le claquement sec de la balle du chasseur, les vociférations provoquées par la haine ou le fanatisme...)

* voir les Usuels du Robert    

Commentaires