UN TRAFIC HONTEUX

LE MASSACRE DES SINGES


En cette année consacrée à la défense de la biodiversité,
de nombreuses initiatives sont prises pour tenter d’inverser la tendance.
Concernant les singes, les dernières informations reçues
ne poussent pas à l’optimisme. Comment lutter contre la cupidité et l’imbécillité ?
Dans un billet du 3 mai 2010, intitulé Jusqu’où le singe est-il un homme ? j’avais rappelé que le séquençage de leur ADN prouvait que les grands singes d’Afrique sont très proches de l’homme, qu’ils peuvent utiliser des outils, apprendre un langage.
On sait aussi que certaines populations africaines appréciaient dans le passé la chair des animaux de brousse.
Or nous sommes en 2010. La connaissance que nous avons aujourd’hui de l’animal, la nécessité de préserver la biodiversité, imposent de changer les habitudes.
Or que vient-on d’apprendre ?
─ Selon des chercheurs de la Zoological Society, 270 tonnes de viande de brousse seraient chaque année importées illégalement, venant principalement du Cameroun, de la République démocratique du Congo, de la République centrafricaine.
Ce trafic juteux rapporte beaucoup à ceux qui s’y livrent : un kilo de steak de singe acheté 5 euros à Kinshasa est revendu 25 euros à Paris ( source : l’Express)
Ce commerce abject, révoltant, honteux, doit prendre
fin au plus vite.

Commentaires