CONTES BREFS : l'employé

                                                        


                                                                1         

      


Il regarda sa montre. Elle marquait quatorze heures dix -neuf.
Jean Martin ( il souffrait d’avoir un nom et un prénom d’une banalité aussi affligeante), Jean Martin, l' employé anonyme d’une société multinationale, était en train de terminer un rapport qui, comme les autres, ne servirait à rien puisque de toute façon personne n'en tiendrait compte.
Jean Martin, l’employé modèle qui après vingt ans de travail n’avait jamais entendu le moindre reproche, eut une sensation étrange. Il se tint la tête à deux mains ; il lui sembla qu’elle allait éclater. La douleur était d’une violence inouïe. Autour de lui, tout vacillait. Il eut tout à coup la puissance d’un dieu et, d’un regard, embrassa l’univers.
                                                         2
Il était  quatorze heures dix -neuf  à Paris. La capitale était presque vide et le monde s’agitait sous ses yeux.
Des milliardaires jouaient leur fortune dans des casinos exotiques.
Les plages se couvraient de femmes splendides, dévêtues et bronzées.
Ici des corps se confondaient voluptueusement, ailleurs des couples se déchiraient.
Il vit un homme jeté à coups de pied d’un autobus, des mineurs mourir sous un éboulement. Il entendit des hommes geindre dans leur prison.
Il vit sa femme dans son HLM anonyme et ses quatre filles qui ressemblaient tant à leur mère, sa femme routinière et bien -pensante qui avait  le goût de l’ordre établi et se satisfaisait de l'horizon étroit de son appartement.
Le poids des habitudes l’effraya…
                                                      3
La douleur se dissipa soudain. Il reprit son rapport et l’acheva en toute hâte.
Il ne rentra pas chez lui ce soir- là et les jours qui suivirent…

Commentaires