Regard sur l'actualité



Le traitement de l’actualité par les grands médias devient de plus en plus agaçant. 

Certes la chose n’est pas nouvelle mais les événements qui se sont produits dans le monde depuis deux mois — dont certains extrêmement importants — ont donné lieu à des dérapages qui relèvent davantage du souci du sensationnel que du désir d’informer le plus honnêtement possible afin d’aider les gens à comprendre les faits.
On est désormais dans un processus qui se déroule toujours de la même façon : 
Un événement se produit. Dans les minutes qui suivent, pendant des heures, nous subissons un matraquage qui fait appel à des images qui passent en boucle, des témoignages qui se contredisent, des analyses de prétendus experts qui interviennent sans connaître la réalité des faits. Et puis, brutalement, un autre événement, important ou anodin, survient ailleurs. On oublie le précédent pour reproduire les mêmes errements ( recherche du scoop, du sensationnel...) et obtenir un gonflement des audiences ou des tirages.
Faisons un bref retour en arrière sur les deux mois écoulés.
Le 11 mars, se produisait un terrible tremblement de terre au Japon. Ce séisme entraînait une catastrophe nucléaire d’une gravité certaine. Où en est-on aujourd’hui ? Peu d’informations sortent des grands médias. Heureusement, les sites des associations écologistes nous tiennent au courant.
Puis sont survenues les révoltes de Tunisie, d’Egypte, de Libye…Où en est-on aujourd’hui ? Ces événements sont passés à la trappe, emportés depuis une semaine par une nouvelle inouïe : l’arrestation à New York, dans un avion qui devait le ramenait en France, de celui que tous les sondages donnaient favori de la prochaine élection présidentielle. Certes, cet  événement est important à cause des conséquences politiques qu’il aura, mais en tant que fait divers, il demande que la vérité soit établie avant de formuler des commentaires sur la personnalité de celui qui est mis en cause.
Pendant ce temps, une révolte prenait corps en Espagne où des milliers de Madrilènes ont manifesté pour dénoncer l’attitude des banquiers et des politiques et pour réclamer une véritable démocratie. Ce mouvement va peut-être se développer en Europe. C' est une révolte qui peut annoncer la fin de la résignation des victimes de la mondialisation.
Etrangement, jusqu’à présent, les grands médias en ont  très peu parlé.

Commentaires