L'image du week-end :Un viaduc



Le viaduc de Garabit


    Quand je descends vers le Sud en passant par Clermont-Ferrand, j’aime faire une pause dans ce beau paysage du Cantal, dans les environs de Saint-Flour, là où les hommes ont décidé à la fin du 19e siècle de construire un grand pont pour  faire passer des trains à travers la montagne, malgré un obstacle de taille, les gorges de la Truyère.Le but de cet arrêt : admirer le viaduc de Garabit.

   Dans le passé, quand on construisait un ouvrage, on faisait preuve d’une certaine sagesse. Celui-ci répondait à un besoin, il rendait service aux gens et  l'on veillait à ce que le paysage ne soit pas défiguré. De ce point de vue, le viaduc est une belle réussite. 

   Alors que le chemin de fer commençait à se développer, on ne pouvait laisser les gens de cette région isolés dans leurs villages ; le train allait   leur permettre de se déplacer plus facilement et de transporter des marchandises. Et le viaduc de Garabit s’insère harmonieusement dans le paysage.

   Le choix du métal a permis de donner à l’ouvrage une impression de légèreté. Le long tablier (il mesure plus de 500 mètres) repose sur sept piles élancées et un grand arc. La couleur rose du viaduc tranche avec la verdure des monts et les arbres qui longent la rivière.
   Sur la route des vacances, le viaduc de Garabit propose une pause bucolique et reposante. J'aime ce lieu car le génie humain y cohabite avec la somptuosité de la nature.
  


Commentaires