MIGRATION(S), le mot de la semaine (33)

Chaque semaine, voici - à partir d’un mot -  une   réflexion développée brièvement. 

          Aujourd’hui,  le mot :   MIGRATION(S)






Les migrations humaines sont au cœur de notre histoire. Sans elles, l’humanité n’aurait pu s’installer sur terre et s’y développer.
La préhistoire est marquée par ces migrations qui, selon les connaissances à ce jour, ont permis à  un noyau d’êtres humains d’Afrique de s’implanter sur tous les continents.
Les temps historiques ont perpétué cette aventure, dans des conditions qui débutèrent trop souvent dans des conditions tragiques pour les peuples indigènes ( invasions, massacres, pillages…) mais qui  au fil du temps aboutit à une mixité paisible des populations.
C’est ainsi que l’Europe contemporaine est le résultat d’un brassage de peuples où cohabitent des descendants d’aventuriers, de persécutés, venus de partout et que  l'Amérique  a été  profondément modifiée par l'arrivée sur ses terres de nombreux Européens.
Aujourd’hui le phénomène migratoire a changé : ce ne sont plus des peuples qui migrent, mais des individus, des petits groupes, et leur entrée dans un pays étranger se fait dans des conditions pacifiques.
Leur présence est une véritable richesse ( culturelle, économique) pour les pays d’accueil. Un repli des nations sur elles-mêmes serait une régression.  


Commentaires