Art de vivre - été 2016 : Quatorze juillet



« Le jour du Quatorze juillet
Je reste dans mon lit douillet;
La musique qui marche au pas
Cela ne me concerne pas ».
chantait Georges Brassens dans La mauvaise réputation.

  Quand revient le quatorze juillet, je repense immanquablement à cette chanson.

   À ses débuts, Brassens avait choqué beaucoup de monde par son anticonformisme et son antimilitarisme  et certaines de ses chansons étaient censurées. Trente-cinq ans après sa mort, les gens de ma génération et  ceux qui ne l’ont pas connu continuent de l’écouter et de fredonner ses chansons qui sont celles d’un homme libre évoquant l’amitié (les Copains d’abord), les gens humbles (Pauvre Martin, Bonhomme), la solidarité (Chanson pour l’Auvergnat). Brassens aimait aussi la nature (le grand Chêne) et les animaux (Montélimar).

   Dans La mauvaise réputation, Brassens dénonce quelques travers de notre société et le comportement des gens trop dociles, en écrivant :
« Non les brav's gens  n' aiment pas que 
l'on suive une autre route qu'eux».
   
   En affirmant son manque d’intérêt pour les  cérémonies du 14 juillet telles qu’elles sont organisées  depuis que la fête nationale existe, il confirme son côté anarchiste  mais sa position est conforme aux faits historiques.
En effet, lors du premier grand défilé qui  a eu lieu en 1880 sur l'hippodrome de Longchamp, il s'agissait, après la capitulation de 1870 face à la Prusse, de montrer aux citoyens le redressement militaire de la France.
Mais l'esprit de la fête nationale et de la Fête de la Fédération, le 14 juillet 1790, n'était pas dans la mise en valeur de l’armée.

     La prise de la Bastille et la nuit du 4 août 1789 marquent la volonté de rendre le pouvoir au peuple et de lutter contre les inégalités.

     Il serait temps de prendre acte du fait que nous avons changé d'époque et de revenir aux sources historiques. Célébrer la liberté, l'égalité et la fraternité par des chants, des danses et des fêtes populaires, œuvrer pour que ces trois mots entrent concrètement dans la vie de tous les jours, tel est le vrai sens du quatorze juillet.

Commentaires