Lire et relire : Préambule



LIRE ET RELIRE
1. Préambule

«Nous avons tant marché sur les chemins du monde
                                         ...que nous avons voulu
nous reposer ici au milieu de nos livres...
pour écouter la terre engourdie sous le givre
Et retrouver enfin ce qui nous aide à vivre. "
( Les grands voyageurs - 2009)

    Livre. Il y a derrière ce mot qui désigne « l’assemblage d’un nombre assez important de feuilles » une grande variété de genres : roman, recueil de poésies, philosophie, biographie, essai, témoignage, ouvrage scolaire...
    Dans cette série de billets, le seul aspect qui sera abordé sera le livre qui relève de la littérature, c’est-à-dire celui qui a fait l’objet de la part de l’auteur de « préoccupations esthétiques»*.

   De nombreux personnages connus dans différentes disciplines et ayant été de grands lecteurs ont dit tout ce qu’ils devaient à la littérature. Pendant les années où l’on fréquente l’école, on acquiert un certain nombre de connaissances; toute sa vie, l’être humain s’enrichit en partageant l’univers de ses  auteurs préférés et de ceux qu’il découvre au cours de son existence.

   On peut noter d’ailleurs que la période scolaire n’est pas forcément la meilleure pour faire aimer la littérature. Tout le monde n’a pas la chance d’avoir des professeurs qui donnent envie de lire. D’autre part, les livres au programme ne sont pas toujours adaptés à l’âge des lecteurs.
  À quinze ou seize ans, certains ne sont pas prêts à lire Madame Bovary ou la Chartreuse de Parme,  à se plonger dans les longues descriptions de Balzac ou connaître à travers les Mémoires d’Outre-tombe les détails de la vie de Chateaubriand.
   Et puis, il ne faut pas l’oublier, le plaisir de lire est lié à l’idée de liberté : choisir un livre après  en avoir vu un résumé, après en avoir lu quelques phrases en le feuilletant dans une librairie, c’est toujours plus agréable que lire un ouvrage que l’on vous a imposé et sur lequel vous devrez rédiger quelques pages en sachant que vous serez noté.

  Quelle que soit la situation ( celle du bon élève en français ou celle de l’élève qui garde un mauvais souvenir de cette matière), la culture littéraire du jeune sortant de l’école n’est pas très riche. Grâce à la lecture, l’objectif d’éducation permanente chère à Condorcet pourra être atteint : lire n’est pas seulement un loisir qui apporte des émotions et des surprises et permet de s’évader, cela permet de mieux connaître l’humain, de découvrir d’autres univers. Les personnages ont beau être la plupart du temps fictifs, ils deviennent, dans les situations que l’auteur a imaginées, un visage et une réalité.

   Un autre fait caractérise la lecture - je l’ai effleuré dans les lignes précédentes: la perception du lecteur varie selon l’âge. C’est pourquoi il est intéressant de relire des ouvrages lus pendant la jeunesse; qu’on l’ait aimé ou trouvé ennuyeux, on aura un autre regard sur le livre (qui lui n’a pas changé).

  Dans les prochains billets, quelques relectures vous seront proposées.

à suivre  

Commentaires