Un regard sur les Pays-Bas

Campagne hollandaise dans les environs d'Amsterdam


Bien avant  le reste de l’Europe, les Pays Bas ont été sensibles aux questions écologiques.

Malgré les efforts et les mesures prises pour préserver une certaine qualité de vie, on constate hélas au fil des années la disparition de terres agricoles au profit de nouvelles routes, de nouvelles résidences. Et malgré les fortes réticences de la population, la ligne de train à grande vitesse reliant Amsterdam au TGV n’a pu être évitée.
Les provinces de Hollande qui concentrent une bonne part des activités économiques du pays sont les plus touchées par ce phénomène. La campagne, où prairies et champs ne cessent de rapetisser, ressemble bien peu aux campagnes française et anglaise : le naturel en est absent.
Heureusement, deux régions ont préservé leur patrimoine naturel : au nord, les îles de la Frise ( en particulier Texel, Terschelling et Schiermonnikoog ) avec leur milieu maritime, leurs dunes, leur faune et leurs petits villages de pêcheurs, et à l’est, près d’Arnhem, la Veluwe avec ses belles forêts et les landes. On y trouve notamment un parc - Hoge Veluwe - qui est l’un des plus importants des vingt parcs nationaux.
Ce parc n’est pas en réalité un milieu naturel ; il est plutôt un laboratoire à ciel ouvert, un outil de sensibilisation aux problèmes écologiques, une tentative réussie de restauration de la naturalité des paysages qui permet sur une surface de 5000 hectares d’observer une grande variété d’espèces protégées.

Commentaires