CONTES BREFS (11)

Un prof de français



Allongé sur une chaise longue, au fond du jardin, sous un abricotier qui le protégeait du soleil brûlant — il faisait plus de 35° à l’ ombre en ce début d’ après-midi  — Gino Mulino rêvassait en regardant les collines couvertes de citronniers. Entre deux arbres, il devinait la mer, sa belle couleur bleue, sa surface si calme.
Depuis l’ enfance, il venait chaque année passer le mois d’ août ici, dans la maison de ses grands-parents, en Sicile, à quelques kilomètres de Cefalù. Son grand-père était décédé depuis une vingtaine d’ années. Mais sa grand-mère était toujours là pour  recevoir Gino, sa femme et ses deux filles. L’ âge ne semblait pas agir sur elle ; à presque 90 ans, elle restait la nonna qu’il avait toujours connue, une grand-mère dynamique, accueillante, cherchant sans cesse à faire plaisir à ceux qu' elle recevait.
Gino enseignait le français dans un collège de la métropole lilloise. Il faisait son métier avec conviction, mais il était de plus en plus difficile d’ intéresser les élèves. Aussi voyait-il arriver avec plaisir la fin de l’ année scolaire. Et quand il était en vacances, il n’ était pas question pour lui de se plonger dans la littérature. Il passait son temps à admirer le paysage, à se promener au bord de la mer ; il travaillait de temps en temps dans le jardin  ou il donnait un coup de main dans la cuisine.
Il trouvait dans ce petit coin de Sicile la quiétude qui lui manquait tant le reste de l' année...

à suivre

Commentaires