Intégriste, le mot de la semaine (42)

Chaque semaine, voici - à partir d’un mot -  une   réflexion développée brièvement. 

          Aujourd’hui,  le mot :   intégriste



Le mot intégriste est récent. Selon le Robert, il est apparu pour la première fois en Espagne ( integrista), en 1894,  pour désigner le membre d’un parti espagnol qui voulait soumettre l’ Etat à l’ Eglise.
Au début du 20e siècle, l’ intégrisme désigne un courant d’ opinion regroupant, dans l’ église catholique, des tenants de la tradition.
Le mot a évolué au fil des années pour prendre un sens péjoratif, en l’ associant à des mouvements extrémistes.
Parler d’ «  écologistes intégristes », comme l’ a fait dernièrement le président de la République en Bretagne, pour désigner ceux qui s’ élèvent contre une agriculture industrielle qui pollue les sols, les rivières et la mer, est-ce juste ? Evidemment, non.
Faut-il rappeler qu’ un écologiste est celui qui, ayant pris conscience que nous vivons dans un monde limité,  il  était nécessaire, pour préserver les droits des générations futures, de réduire notre impact écologique. Cela conduit à  proposer une alternative globale à la civilisation actuelle, fondée sur l’ accumulation de biens matériels réservés à une minorité de l’ espèce humaine, accumulation qui entraîne le pillage des ressources de la planète et la destruction des écosystèmes. Utiliser le terme écologiste pour désigner une personne se contentant de quelques mesures environnementales, sans changer le système,  c’est  dénaturer le mot.




Commentaires