Choses vues, lues, entendues n° 6


Cette rubrique - Choses vues, lues, entendues – est en quelque sorte un carnet de bord. On y trouve des impressions et des réflexions nées de scènes que j’ai vues (dans la réalité ou sur des écrans), de propos entendus, d’autres inspirées par des lectures (articles, livres)… 



CHOSES VUES

   Au lendemain de la passation de pouvoir entre Barack Obama et D.Trump, la manifestation organisée à Washington par les opposants au nouveau président élu avec quelque deux millions de voix de moins que sa concurrente a démontré, par le succès énorme rencontré qu’un grand nombre d’Américains n’étaient pas prêts à accepter sans broncher de possibles décisions aberrantes.
   Cette initiative appelée Marche des femmes s’est déroulée dans plusieurs grandes villes des États-Unis et d'Europe. Elle avait surtout pour but de rappeler à Trump que  de nombreux citoyens refusent le sexisme.
  Mais, au-delà de cette question importante, c’est la personnalité de l’homme qui se trouve désormais à la tête du pays le plus puissant du monde et ses idées populistes, nationalistes et racistes qui inquiètent tous les démocrates.


PAGES LUES
   L’histoire a longtemps caché des faits parce qu’il s’agissait de tabous.
Ceux-ci sont fréquents dans divers milieux : la politique (les institutions, les partis, l’État), les religions, les relations internationales…
Dans le livre Les tabous de l’Histoire, Marc Ferro présente quelques exemples de tabous. Il évoque notamment les guerres mondiales, la mort de Nicolas II, les Juifs et le cinéaste Rainer Werner Fassbinder (1945-1982) fasciné par la question.
   Il donne une explication à l’existence de ces tabous : ce sont souvent les tenants de l’autorité (la papauté, la royauté, le pouvoir bolchevik…) qui ont imposé un « silence opaque », la crainte de représailles (enfermement, assassinat) rendant difficile l’éclosion de la vérité.
  C’est ainsi qu’aujourd’hui nous ignorons encore certains faits qui seront révélés dans plusieurs décennies, voire plus tard.

PROPOS ENTENDUS
   Pour bien fonctionner, la démocratie a besoin de vérité et d'honnêteté.
Dimanche soir, j'écoutais sur une chaîne d'info les commentaires sur la primaire du PS.  À plusieurs reprises, un journaliste parla du candidat « de la gauche utopiste ayant une culture d'opposition », l'autre représentant « la gauche de gouvernement ». Pourquoi ce jugement basé sur des préjugés ?
Un autre compara Benoît Hamon à Trump ! Il le qualifia de populiste et annonça sans rire que celui-ci allait fermer les frontières» !
Les journalistes ont pour mission d'informer les gens. En émettant des propos mensongers et des avis fantaisistes, ils déshonorent leur profession.
  Du côté des politiques, le mépris des citoyens est parfois aussi fort. Certains, pour cacher leur manque d’idées nouvelles utilisent les vieilles méthodes qui consistent à dénigrer l'adversaire. M. Valls est un spécialiste du procédé. Ses arguments sont pitoyables :
« Moi je suis crédible, lui ne l'est pas » dit-il en substance, lors de cette soirée, avant d’ajouter :
« Dimanche vous aurez le choix entre un candidat de la défaite annoncée, (Benoît Hamon), et un candidat de la victoire possible. »
Cette façon de concevoir la politique est d'une bassesse affligeante ; elle est devenue insupportable.





Commentaires