Bloc-notes (2017- du 22 au 27 février) n°78


Février



Le 22 : Dans les magazines, le débat sur la mondialisation est relancé. Les états vont-ils préférer à celle-ci le repli sur leurs frontières ? se demandent les journalistes. Ce serait une catastrophe : en effet la plupart des problèmes ne peuvent être traités qu''au niveau mondial. Mais la mondialisation doit changer de logique et cela porte un nom qu'on entend moins ces derniers temps  : altermondialisme. 

Le 23 : À part des textes de Pasternak, Pouchkine, Evtouchenko, Sergueï Essenine, Maïakovski trouvés dans une anthologie de poètes du monde entier, j’ai  lu peu de poètes russes. J’entame aujourd’hui la lecture de Requiem Poème sans héros, d’Anna Akhmatova, un livre qui regroupe la moitié de son œuvre et dont je parlerai prochainement.

Le 24 : François Bayrou poursuit depuis plusieurs décennies le même rêve : effacer le clivage entre la gauche et la droite afin de faire du centre un parti central. Même s’il est possible sur certains thèmes de rassembler beaucoup de monde, je ne partage pas son point de vue. Je ne vois pas par exemple, comment on peut lutter contre le réchauffement climatique sans remettre en cause l’ultralibéralisme de la société moderne.
Par contre, quand F.Bayrou demande une moralisation de la vie politique afin de mettre fin aux dérives constatées dernièrement, c’est un objectif qui devrait être partagé par tout le monde.

Le 25 : Direction Maintenon, près de  Chartres. La Beauce a la réputation d’être monotone avec ses immenses champs de blé. Il suffit de prendre de petites routes pour découvrir une campagne plus agréable et de petites villes pleines de charme comme Nogent-le Roi et Maintenon.
Celle-ci attire de nombreux touristes grâce à son château où séjourna Françoise d’Aubigné, petite fille d’Agrippa d'Aubigné, le poète calviniste. Elle épousa à l’âge de seize ans le poète Paul Scarron de 25 ans son aîné et à demi paralysé ; elle est plus connue sous le nom de Madame de Maintenon, maîtresse puis épouse de Louis XIV.
Le château est surtout remarquable par ses magnifiques jardins à la française.

Le 26 : Comme je l’écrivais en 2012, « le salon de l’agriculture est un grand show, un événement médiatique...On y fait des photos superbes qui donnent de l’agriculture une image positive.
Mais sous les lumières du Salon se cache une vérité toute différente. »
Cette année, les militants de la cause animale se sont invités pour rappeler la réalité de l’élevage industriel qui provoque tant de souffrances pour des animaux abattus très jeunes dans des conditions inadmissibles. Leur combat sera sans doute long mais il est nécessaire.


Le 27 : L'élection présidentielle se présente dans des circonstances bizarres. Un président sortant qui renonce, deux de ses anciens ministres candidats, deux postulants englués dans des affaires qui polluent la campagne. Des mensonges,  des propos xénophobes... Et le pire qui devient possible.

Commentaires