Le bloc-notes 2017 (du 29 mars au 11 avril)



MARS
Le 29 : Il y a longtemps que le parti socialiste n’a plus de ligne claire. Certains de ses membres les plus en vue – comme M. Valls – sont en train de le discréditer un peu plus en ne respectant pas la parole donnée : voter pour le candidat choisi lors de la primaire. Et l'on s'étonne après que beaucoup d'électeurs boudent les urnes.

Le 30 : Lassés d’une situation sociale insoutenable, les Guyanais décident de lancer une grève générale.
  La crise qui éclate dans ce département français trouve ses racines dans son histoire. La Guyane fut d’abord amérindienne ; la colonisation entraîna la capture de nombreux Africains réduits en esclavage.  À partir de 1624, sous le règne de Louis XIII, arrivèrent les colons français. Puis on y envoya les bagnards. Au début du XXe siècle, la ruée vers l’or décima une grande partie des Amérindiens. 
Les inégalités qui provoquent la colère de la population sont une survivance du colonialisme. Donnons à la Guyane les moyens de rattraper son retard.

AVRIL
1er, 2, 3 avril : Trois jours consacrés à la poésie. Je retravaille des textes écrits ces dernières années avant de les publier sur mon site. J’ai parfois le sentiment qu’un poème n’est jamais tout à fait achevé.

Le 4 : En Syrie, un raid aérien provoque la mort de plus de 80 personnes – dont une vingtaine d’enfants et l’on dénombre 160 blessés. Il s’agit d’une attaque chimique. Choquant, révoltant.

Le 5 : J’ai regardé hier le long débat qui réunissait les onze candidats à la présidentielle. Dans cette campagne décevante, perturbée par les affaires, ternie par les mensonges, marquée par l’accentuation de la politique-spectacle, le débat sur les programmes et la moralité des candidats restent des éléments qui éclairent le choix des électeurs.
Les intervenants étaient trop nombreux pour que les questions soient traitées en profondeur. La forme l'a emporté sur le fond.  Philippe Poutou, lui, a su trouver le langage de la vérité.

Le 6 : La promesse de fermer la centrale de Fessenheim ne sera pas tenue, les pronucléaires ayant réussi à remettre la fermeture à plus tard.
Il faut dire que le gouvernement s’y est pris bien tard pour tenir cette promesse de F. Hollande.

Le 7 : Au jardin  les arbres fruitiers sont en fleurs. C'est l'occasion de prendre quelques photos (ci-dessus, une branche de poirier).

Le 9 : Après l’attentat de Stockholm, la tuerie ayant touché la communauté chrétienne en Égypte confirme le mauvais état de notre monde où la haine s’est installée.
Cérémonie émouvante au Mémorial national du Canada à Vimy (62) en présence du Premier ministre canadien, Justin Trudeau, pour rendre hommage aux 60 000 soldats canadiens qui sont venus défendre nos libertés en 1917 ; près de 12 000 d’entre eux n’ont jamais revu leur pays et leur famille.

Capture d'écran - CBC News - Mother Canada mourning the Death (détail)

Le 11 : Jacques Prévert est mort le 11 avril 1977. L’Institut français commémore cet anniversaire.
Quarante ans après sa mort, Prévert est encore boudé par certains intellectuels ; des anthologies ne contiennent aucun texte de lui. On lui reproche d’avoir produit une poésie populaire. C’est oublier que le vrai poète doit être compris de tout le monde.


Commentaires