Le tableau du week-end

En alternance avec la phrase du week-end, voici le tableau du samedi. Le but de ce billet n’est pas de présenter une œuvre avec le regard du critique d’art  mais de traduire les sensations provoquées à la vue de celle-ci.





Le lyrisme dans la forêt

Un tableau d'Alphonse Osbert : pastel réalisé en 1910, exposé au Petit Palais, à Paris.
   Le lyrisme est l’expression d’une émotion personnelle intense (amour, mort, nostalgie, le temps qui passe...)

Le peintre :   
Alphonse Osbert est né en 1857, il est mort en 1939. À ses débuts, il choisit le style naturaliste, puis à la fin des années 1880, il rejoint le mouvement symboliste qui concerne aussi la poésie ( Mallarmé, Paul Verlaine…)

Le symbolisme est apparu en France à la fin du 19e siècle. Il fait appel à l’imagination, à la spiritualité, aux rêves…

Ce que ce tableau m'inspire : 

   Quand j'ai vu ce tableau pour la première fois, c'est d'abord l'atmosphère onirique qu'il dégageait qui m'a frappé. Les rêves inspirant fréquemment les symbolistes, j'ai imaginé     comment Le lyrisme dans la forêt aurait pu être conçu.

C'est Osbert qui parle :
- Il faut tout de suite que je prenne mes crayons pour garder une trace du beau rêve que j’ai fait cette nuit. 
(Et il reconstitua peu à peu la scène).
  "Je marchais au crépuscule dans une forêt qui m’était inconnue quand soudain j’entendis une douce musique. Je me dirigeai vers l’endroit d’où elle provenait. Trois jeunes femmes étaient au bord d’un lac, l’une était assise, une amie la regardait, la troisième jouait de la lyre. 
   Aux sons qui sortaient de l’instrument et aux longues robes des femmes, je compris que je venais tout à coup de faire un retour en arrière de plus de deux mille ans. Pendant de longues minutes, devant l'étrange paysage, je restais là, figé, en regardant la scène".
- Ce rêve fera un beau tableau, ajouta-t-il.


Commentaires