Faut-il bannir la télé ?



Télé

— Moi, je vis sans poste de télé. Je n’en ai pas besoin et je veux protéger mes enfants de ce fléau.
Voilà une phrase qu’on entend de temps à autre, prononcée par  un intellectuel ou un contestataire.
Bien sûr chacun est libre de vivre comme il l’entend. Je trouve personnellement cette attitude peu appropriée.
Tout le monde est d’accord pour déplorer l’abondance de programmes médiocres, racoleurs, sans intérêt, à la télévision. Ces critiques visent particulièrement les chaînes privées pour lesquelles la priorité est la rentabilité.
Mais s’interdire de regarder la télévision, en priver ses enfants, n’a pas plus de sens que bannir les livres, sous prétexte que beaucoup d’ouvrages sortant en librairie ne sont pas de haute qualité.
La télévision a une vertu éducative indéniable, d’abord dans la richesse des émissions abordant la plupart des sujets qui concernent l’homme d’aujourd’hui. Grâce au satellite,  de nombreuses chaînes françaises et étrangères sont accessibles. C’est le monde qui entre chez nous, avec des modes de vie et des langues différents…Parmi tous les messages reçus, il suffit de faire le tri pour en extraire ceux qui, à un titre ou un autre, ont de l’intérêt.
Interdire la télé aux jeunes, c’est se priver de l’occasion de développer l’esprit critique des futurs citoyens. Ne  s’agit-il pas là d’une des missions de l’éducation ?

Et je me pose la question : finalement n’y aurait-il pas de la part des opposants irréductibles à la télé une forme de snobisme, un vieux réflexe donnant la préférence à l’écrit, jugé plus noble que l’image et le son, un réflexe comparable à l’attitude méprisante de certains intellectuels vis-à-vis des  filières techniques et manuelles ?

Commentaires