La bloc-notes (du 22 au 27 mars 2017)



MARS  N° 81

Le 22 : Une fois encore, le terrorisme a sévi. C’est un quartier symbolique de Londres qui a été touché. La façon dont l’attaque a eu lieu démontre qu’aucune mesure hélas ne peut éviter ce genre de drame.
Dans la soirée, c’est la Belgique qui rendait hommage aux victimes des attentats de Bruxelles, ceux de l’aéroport et de la rame de métro.
Grâce à la télé belge j’ai pu suivre le concert donné dans la soirée ; il était d’une rare qualité. Une soirée variée, avec des chansons, de la musique classique, de la poésie, des témoignages de rescapés, de belles interventions d’enfants et d’écrivains. Et un message clair :
"Ensemble on célèbre l'humanité, notre refus de la haine, notre capacité à nous relever, notre envie de vivre quelle que soit notre orientation philosophique ou religieuse. »

Le 23 : Le procès de l’abattoir de Vigan traite d’un problème qui concerne la société actuelle et les rapports de l’humain avec les animaux.
Ceux qui ont commis des gestes inadmissibles sur des êtres sensibles exercent un métier particulier : leur tâche est de tuer.
Autrefois il y avait des bourreaux. Aujourd’hui subsistent les matadors et les abatteurs. Ceux-ci subissent des cadences insupportables, ce qui n’excuse pas leur cruauté. Les accusés sont fautifs et leur geste doit être sanctionné, mais la société qui les exploite a aussi sa part de responsabilité.

Le 24 : Du 18 au 26 mars, c’est la Semaine de la Langue française.
L’évolution de celle-ci est normale, son appauvrissement ne l’est pas.
La richesse d’une langue permet de nommer les choses avec précision. Quand le vocabulaire se réduit, c’est la pensée qui s'affaiblit.
L’utilisation abusive de l’anglais est aussi la marque de notre époque. Des mots tels que newsletter, fake news, travail au black, burn-out... ont leur équivalent en français ; alors, utilisons-les.

Le 25 : Il y a 60 ans (le 25 mars 1957) le traité de Rome créait la CEE (Communauté Ėconomique Européenne). Douze ans après la fin de la guerre, ce traité représentait un espoir pour les peuples de l’Europe de l’Ouest. Sur le plan social et économique, les orientations prises par l’Union Européenne n’ont pas permis d’apporter le plein emploi, elles n’ont pas réduit les inégalités. Cependant le concept d’une Europe unie reste une belle idée. Il faut pour cela repenser toutes les politiques.


Le 26 : Je viens d’assister à un concert donné par l’Orchestre symphonique des Jeunes d’Arras, spectacle réconfortant qui tord le cou à l’image négative que beaucoup de gens se font de la jeunesse d’aujourd’hui. Il faut en effet beaucoup de volonté et de persévérance pour maîtriser la complexité du solfège et tirer de l’instrument des sons justes et agréables à l'oreille. Dans un répertoire mêlant le classique, le jazz et le moderne, c’est ce qu’ont réussi les jeunes du conservatoire d'Arras.


Le 27 : Le magazine Lire du mois de mars consacre huit pages à Jacques Rambaud. On avait découvert sa prose dans la revue Actuel, ses pastiches l’ont fait mieux connaître, mais c’est en tant que chroniqueur satirique qu’il est devenu célèbre, en décrivant avec humour les travers des monarques de la République.
On avait bien ri en lisant Chronique du règne de Nicolas 1er. Patrick Rambaud vient d'écrire Chronique d'une fin de règne qui relate les évènements tragiques et consternants sous le "règne" de François IV dit François le Triste ou François l'Hésitant. Apparaissent également dans ce livre le duc de Sablé et Nicolas le Féroce.
Un livre qui choisit l'humour pour évoquer des faits peu reluisants.

Commentaires