La bride sur le cou - Mars 2017



Une époque bien singulière


   Nous vivons une époque bizarre. Le modèle industriel-financier mondialisé ayant fait beaucoup de dégâts, toutes les énergies devraient être mobilisées depuis quelques années pour préparer un autre monde.
   C’est ce qu’on appelle communément la transition, d’autres parlent de manière plus poétique de métamorphose.
Au lieu de cela, que voit-on, qu’entend-on autour de nous ?


   Les décideurs responsables se font rares. Des politiques irresponsables sont au pouvoir, des prétendants aux plus hautes fonctions s’assoient sur les principes moraux et véhiculent de vieilles idées dangereuses. La puissance de l’argent domine le monde. La presse libre vit difficilement. La plupart des médias sont dans les mains de financiers ; dans leurs journaux, radios et chaînes de télé, c’est la pensée libérale qui distille jour après jour sa vision, laissant croire qu’aucune alternative à ce monde finissant n’est possible.
          *       
   La France n’échappe pas à la paralysie mondiale. Tant de choses devraient changer :
Pour sortir du marasme et éviter la catastrophe écologique (en produisant autrement et en changeant le modèle agricole). 
Pour parvenir au plein emploi et faire reculer la pauvreté.
Pour améliorer le système éducatif.
Pour partager équitablement les richesses…
Tout cela implique une autre politique. Or le système électoral actuel empêche la juste représentation des idées. 
   À quelques semaines de l’élection présidentielle, il vient de démontrer ses faiblesses et ses dangers.
  Jusqu’à ce jour, les questions essentielles n’ont pas été entendues, même si elles ont été abordées par certains candidats. Le débat démocratique a été occulté par les ennuis judiciaires des représentants de l’extrême droite et de la droite. La victoire de la première est devenue possible et l’attitude du second est une injure à la démocratie : accumulation de mensonges, non-respect des promesses, remise en cause de la justice et des journalistes, propos fantasmatiques (invention de complot, d’assassinat politique…).

   La Cinquième République qui donne un pouvoir exorbitant à un seul homme n’est plus adaptée à notre époque. Les péripéties des dernières semaines ont montré qu’elle risque de nous conduire au désastre.



Commentaires