Le bloc-notes (DU 15 AU 21 MARS)





MARS

Le 15 : La Hollande est le pays de ma femme ; il est devenu un peu aussi le mien. 
Quand j’ai découvert ce pays à la fin des années 60, j’ai eu l’impression qu’il avait dans de nombreux domaines une vingtaine d’années d’avance sur la France : les femmes y avaient plus de libertés, le parti D66 parlait déjà d’écologie, les débats politiques y étaient plus sereins que chez nous, les gens montraient sans crainte de représailles leurs opinions en plaçant à leur fenêtre l'affiche de leur candidat…
Ce mercredi, je suis la soirée électorale sur la chaîne BVN (Best van Nederland). Dès que les sondages sortis des urnes sont connus, le leader de PdvA (social-démocrate) reconnaît son énorme défaite et il félicite les partis qui ont amélioré leur score. Inimaginable en France !

Le 16 : Les résultats définitifs sont connus. Aux Pays-Bas, la deuxième chambre compte 150 élus. La proportionnelle permet une représentation juste des opinions. En France, les journalistes ont laissé croire que l’extrême droite pouvait gagner. Cela était impossible car elle est complètement isolée. Elle obtient 20 sièges soit 12,6 % de l’assemblée. C’est beaucoup, mais inférieur aux scores du FN.
   Le fait marquant est l’effondrement de la social-démocratie avec 9 sièges seulement. Le SP(socialistes) et GroenLinks (Gauche Verte) avec 14 sièges chacun profitent de cette déroute. La droite et le centre restent solides.
À noter le score honorable du Parti des Animaux (5 sièges).
Reste maintenant à réunir 76 députés pour former un gouvernement.

Le 17 : Ce soir, théâtre. L’espace Georges Brassens accueille la Compagnie Joker, une troupe lilloise. Au programme : le Cabaret de monsieur Pantalone. Sur scène, quatre artistes masqués (une tradition qui remonte à l’Antiquité) : deux acteurs interprétant de courtes scènes ( jeux de mots, réflexion sur la mort, critique bien observée de la presse régionale « qui n’informe pas »), un violoniste et une chanteuse lyrique.
L’ensemble donne un spectacle varié, de haute qualité. Excellente soirée !


Le 18 : Dans quelques jours, le printemps. Au jardin, un bourdon est en train de butiner. Plus loin, un paon du jour posé sur un muret, les ailes déployées, fait admirer ses couleurs. Superbe spectacle !

Le 19 : Régulièrement je sors de la bibliothèque un livre de poésie pour en relire quelques pages. Aujourd’hui je choisis Exister suivi de Territoires, un recueil de Jean Follain (1903-1971), paru en 1969. 
  J’aime sa poésie sans grandiloquence qui paraît si simple mais qui en réalité pose beaucoup de questions sur la vie et le monde.
    Bertrand Tavernier est un cinéaste que j’apprécie. Avec Quai d’Orsay qui passe ce soir à la télé, Tavernier a livré pour la première fois une comédie. Il fait une satire réussie de l’ambiance régnant dans un ministère. Le ministre des Affaires Étrangères (joué par Thierry Lhermite) est un personnage qui ne laisse aucun répit à ses collaborateurs. Héraclite est son modèle ; il ne cesse de citer son nom. Le rythme du film ne faiblit jamais. Jouissif.

Le 20 : Premier jour du printemps, saison qui voit le réveil de la nature et – l’histoire nous le rappelle – saison propice aux révoltes des peuples.
   Ce soir, la campagne pour la présidentielle va chercher à démarrer grâce au débat proposé par la télé. Il est dommage que six candidats aient été écartés à cause des sondages.

Le 21 : On apprend ce matin que le débat de la veille a été suivi par près de 10 millions de téléspectateurs. Cela signifie que la politique intéresse toujours les citoyens. Malheureusement ce débat nous a appris peu de choses. Il était impossible en trois heures d’approfondir toutes les questions abordées. 
   Deux candidats seulement ont fait des propositions répondant aux problèmes cruciaux de notre époque (l’écologie, le social, la démocratie, le vivre-ensemble…). Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon proposent de passer à la VIe République. En ne réussissant pas à s’unir, ils ont réduit fortement leur chance de victoire.




Commentaires