Le bloc-notes n°87



                      Mai (du 17 au 23)

Le 17 : C’est la période de l’année où les jardins me paraissent les plus beaux. Quelques semaines après le lilas mauve aujourd’hui fané, le blanc a fleuri à son tour.
La blancheur immaculée des fleurs évoque le caractère éphémère de la beauté. 

On a appris dans l’après-midi la composition du nouveau gouvernement. Quelles que soient nos opinions politiques, il faut reconnaître la qualité des femmes et des hommes chargés de responsabilités dans un gouvernement. C'est ce que fait Edgar Morin, connu pour la modernité de ses idées, qui  se réjouit de la nomination de trois ministres dans lesquels il voit « un trio de l’espoir, du renouveau ». Il parle de J.M. Blanquer, de N. Hulot et de F. Nyssen. Le premier est un spécialiste de l’éducation aux idées claires, le deuxième connaît lui aussi les problèmes qu’il aura à traiter, la troisième est une éditrice réputée. 
Critiquer des responsables avant de les avoir vus à l’œuvre c'est faire preuve d'un manque d'objectivité.

Le 18 : Je viens de regarder La pirogue, un film de Moussa Touré, réalisateur sénégalais.      Ce film décrit une réalité bien connue : celle des personnes qui tentent sur des bateaux de fortune de rejoindre un pays où ils espèrent vivre mieux.
   Sur une pirogue partie d’un village de pêcheurs près de Dakar,vingt-neuf hommes et une femme souhaitent arriver aux Canaries. Ils doivent affronter une forte tempête, puis une panne de moteur, enfin la soif et la faim. Les morts sont jetés à la mer, les rescapés sauvés par la marine espagnole sont aussitôt renvoyés dans leur pays par avion.
Très beau film poignant qui met des visages sur les morts de l’émigration.

Le 19 : C’est le propre des langues vivantes : des mots disparaissent petit à petit. Qui, dans une conversation, glisse encore des mots tels que vertugadin, péronnelle, subséquemment ou ma mie ?
D’autres naissent afin de nommer des choses nouvelles ( web, webcam, wifi...) ou ils correspondent à un approfondissement des connaissances : empathie (vers 1960), antispéciste (1970) ; d’autres deviennent plus populaires, par exemple résilience, mot apparu en 1901.


Le 20 : Heureuse initiative que cette Nuit des musées qui en offrant l’entrée gratuite de ceux-ci permet de faire venir un public nouveau.

Le 21 : Je suis en train de lire Les Cavaliers noirs un recueil de poèmes de Stephen Crane (1871-1900), écrivain et journaliste américain qui eut un destin tragique.
Marqué par l’éducation méthodiste qu’il avait reçu, il vécut dans la misère. Malade dès l’enfance, il est mort de la tuberculose alors qu’il n’avait pas encore 29 ans. Ses vers iconoclastes traduisent son dédain de Dieu.

 Le 22 : En Suisse, 58 % des électeurs ont choisi de sortir à moyen terme du nucléaire ; il n’y aura pas de nouvelles centrales en Suisse, les énergies vertes seront développées.
En France, EDF qui coûte très cher au pays réclame la prolongation de ses centrales jusqu’en 2050.

Le 23 : Un nouvel attentat s’est produit cette nuit, à la fin d’un concert à Manchester. Le public était composé surtout de jeunes. La musique c’est d’abord la joie de vivre. Les barbares n’ont pas de tabous.









Commentaires