n° 1233 - Populaire et populiste




Populaire et populiste, ces deux mots ont la même racine : peuple. Pourtant leur sens est très différent.

   Populaire  est un adjectif qui écorche les oreilles de certaines personnes n'aimant pas  ce qui émane du peuple.
  Ce mépris pour des événements, des livres, des films  ou des personnes qui plaisent au plus grand nombre relève souvent d’un élitisme prétentieux ou d’une méconnaissance du vocabulaire ( populaire étant parfois confondu avec vulgaire.)

  On pourrait citer des dizaines et des dizaines  de noms d’acteurs, de romanciers, de chanteurs populaires qui ont produit des œuvres de qualité. Et la non reconnaissance par le grand public d’un artiste ou d’un écrivain n’est pas forcément la preuve de son génie.
  Combattant ce préjugé défavorable au mot populaire, certaines personnalités n’ont pas hésité à  mettre ce mot en valeur : dans le domaine du théâtre, Jean Vilar a fait du TNP ( Théâtre National Populaire) un outil exigeant au service de la culture pour tous, jouant et mettant en scène de grands auteurs. Cyril Robichez a accompli un travail identique au sein du TPF ( Théâtre Populaire des Flandres).

  Depuis des décennies, des bénévoles et des acteurs sociaux agissent en faveur d’une éducation populaire qui permet à chaque participant de mieux comprendre le monde dans lequel il vit. Ce mouvement propage une culture plus riche que la culture classique, une culture qui intègre des héritages diversifiés venant du monde ouvrier, paysan, maritime…et contribue au développement de la citoyenneté.

Populiste
   En politique, le populiste est, selon le Robert, celui qui « adresse aux classes populaires un discours fondé sur la critique du système et de ses représentants ».
Cette définition est incomplète. Il faut y ajouter le fait que le porte-parole du populisme est une figure charismatique, sachant parler aux foules et appartenant presque toujours aux classes favorisées.
 Sa démarche consiste à instrumentaliser l’opinion du peuple ; son discours est démagogique.
C’est aussi l’avis du Canard enchaîné qui écrit dans son numéro du 3 mai 2017 :«  Dire au peuple ce qu’il a envie d’entendre est, on le sait, la plus vieille recette du populisme. »

Celui qui croit le discours du populiste finit par perdre son statut de citoyen libre.

   Le populiste est un extrémiste de droite ou de gauche. Ce qui le motive avant tout, c’est la réalisation de son ambition personnelle. L’histoire nous montre que le populisme dérive souvent vers la dictature. Depuis 1980, il englobe les idées nationalistes, xénophobes, islamophobes, anti-européennes et il s’oppose à la mondialisation, à la société multiculturelle.
   Le populiste base sa communication sur le mensonge ; celui-ci apparaît déjà dans le nom de son parti : aux Pays-Bas et en Autriche, il fait référence à la liberté, en Pologne il se nomme Droit et Justice, en Finlande il regroupe ceux qui s’appellent les vrais Finlandais.

   Depuis trente ans, le populisme ne cesse de gagner du terrain, avec tous les risques que cela comporte :  menaces sur nos libertés, le vivre-ensemble et la paix dans le monde.







Commentaires