Le tableau du week-end (semaine 19 -2017)


En alternance avec la phrase du week-end, voici le tableau du samedi. Le but de ce billet n’est pas de présenter une œuvre avec le regard du critique d’art  mais de traduire les sensations provoquées à la vue de celle-ci.

                            Liseuse sur fond noir


Un tableau de Matisse, peint en 1939
    Il s’agit d’une huile sur toile de 92 cm sur 73,5 cm

Le peintre
   Henri Matisse est né en 1869 au Cateau-Cambrésis, ville du Nord bien connue pour les traités signés en 1559.
Il est mort en 1954 à Nice.
Après des études de droit, Matisse devient clerc d’avoué dans un cabinet notarial.
Dès ses débuts dans la peinture il se fait remarquer en 1904 par ses toiles avant-gardistes.
La simplicité, la fraîcheur de  ses œuvres, sa façon de traiter les couleurs, font de lui l’un des peintres majeurs du 20e siècle.

Ce que ce tableau m’inspire
   Matisse disait en 1908 que la peinture doit devenir cet « art d'équilibre, de pureté, de tranquillité, sans sujet inquiétant ou préoccupant, qui soit, pour tout travailleur cérébral, pour l'homme d'affaires aussi bien que pour l'artiste des lettres, par exemple, un lénifiant, un calmant cérébral, quelque chose d'analogue à un bon fauteuil qui le délasse de ses fatigues physiques. »

   Cet objectif qu'il poursuivait en peignant, Matisse a réussi à l'atteindre.
C'est un plaisir de regarder ses tableaux. Lui qui a passé une grande partie de sa vie à peindre des corps féminins, il représente dans ce tableau une jeune femme détendue, en train de lire, assise, le coude reposant sur la table, la tête appuyée sur une main. Deux couleurs suffisent pour ce portrait, le rouge et le noir.
   Près d'elle, des fleurs dans un vase ; derrière elle, un grand miroir produisant un effet de reflets. Même le fond noir qui tranche avec les couleurs vives ne paraît pas triste.
C'est cela qui me fait aimer les tableaux de Matisse.




Commentaires