CATASTROPHE, le mot de la semaine(30)

Chaque semaine, voici - à partir d’un mot -  une   réflexion développée brièvement. 

          Aujourd’hui,  le mot :   CATASTROPHE



Il y a, dans le sens du mot catastrophe, à des degrés divers, l’idée de malheur, de soudaineté. La catastrophe survient brutalement et laisse derrière elle des traces effroyables, fait des victimes, détruit en quelques minutes ce que des générations ont construit.
Les catastrophes naturelles ont existé de tout temps. On remarque cependant que leur nombre a été multiplié par 3 ces cinquante dernières années. L’augmentation des catastrophes climatiques ( cyclones, tempêtes, ouragans…) est sans aucun doute liée au réchauffement du climat et l’accroissement de la population dans les zones à risque se traduit par un nombre plus élevé des victimes.
Les catastrophes d’origine humaine ont longtemps été dues aux guerres qui firent des milliers puis des millions de victimes. Depuis les années 1960, les catastrophes dues aux activités humaines se sont multipliées : marées noires, explosions dues à  des produits dangereux, accidents nucléaires de Three Mile Island en 1979, Tchernobyl en 1986 et Fukushima en 2011.
Compatir au malheur des populations touchées est une réaction saine, mais elle ne suffit pas. La raison et le respect des hommes nous imposent de renoncer au modèle de développement qui apporte la mort et la misère. 

Commentaires