Carnet de Bord (2016 - semaine 8)

Le Carnet de Bord livre chaque semaine des réflexions sur notre époque, inspirées par mes activités, mes loisirs, mes sorties et l'actualité. Ces libres cheminements ont pour but de faire entendre « la rumeur du temps présent ».


 EN ATTENDANT LE SURSAUT

   Les jours et les semaines passent et se ressemblent. Si l’on peut se rassurer en pensant à un avenir meilleur, il n'est pas facile d'endurer cette période curieuse qui n’est pas seulement la fin d’une époque, mais le temps du n’importe quoi.
Chaque jour, il faut s’attendre au pire. Les libertés sont mises en cause ; les principes de l’écologie qui n’appartiennent pas à un parti et ne devraient pas relever d’un ministère (toutes les politiques, les transports, l'agriculture, l'industrie, l'éducation...devraient être écologisés) sont oubliés ou dénaturés.
Pour sa part, un ancien ministre appartenant à l’opposition, ignorant sans doute les préconisations des scientifiques pour préserver la planète, veut ignorer royalement l’écologie en supprimant le principe de précaution, en exploitant le gaz de schiste et en autorisant les OGM !

En ce qui concerne le social, voilà que le droit du travail, sous prétexte de simplification, va être réformé au détriment des travailleurs.
Jusqu’où ira-t-on dans la dérive ? Le sursaut salutaire est-il pour demain ?
                                                          *
  Le monde de la littérature est à nouveau en deuil. Umberto Eco était un de ces érudits s’intéressant à de nombreuses questions (la philosophie, la sémiotique, la linguistique), surtout connu en tant que romancier.
Homme d’esprit, il nous laisse des milliers de phrases qui peuvent nourrir nos réflexions. En voici deux :
« Ou se rebeller ou trahir, on ne nous laisse pas le choix,nous les simples. »
(dans le Roman de la Rose - 1980)
« La télévision abrutit les gens cultivés et cultive les gens qui mènent une vie abrutissante. »


C’était aussi un enseignant. Heureux élèves qui l'ont eu pour professeur !


Commentaires