Bonjour des Hauts-de-France


WISSANT (62) - AU LOIN LE CAP BLANC-NEZ

   Il y a quelques mois, je me suis réjoui de voir la Picardie rejoindre le Nord et le Pas-de-Calais pour former une région plus forte. Culturellement, historiquement, cette union s’imposait. Bien sûr certains Picards se sentant plus proches de Paris que du Nord n’ont pas été contents. On peut les comprendre mais pour les satisfaire il aurait fallu redessiner les frontières de la Picardie.
     À titre personnel, je me sens à l’aise dans cette nouvelle région ; j’y retrouve mes racines picardes du côté paternel, artésiennes et flamandes du côté maternel.
     Il fallait trouver un nom à cette région. Grand Nord aurait été trompeur, cela aurait trop évoqué les grands espaces blancs de l’Arctique.
Et puis il y avait l’envie forte d’abandonner ce mot Nord qui fait penser aux corons de Pierre Bachelet, au vent et à la pluie qu’on aime seulement dans les chansons de Brel. C’est la raison pour laquelle les appellations Terres-du-Nord et Nord-de-France n’ont pas été choisies.
   Nordistes et Picards vivent désormais dans les Hauts-de-France, nom que le gouvernement devra officialiser prochainement (obligation qui montre les limites de l’autonomie des régions).
    Les géographes trouvent ce nom absurde. Il faut reconnaître que les hauteurs de la région sont modestes ( 212 m dans le Haut-Boulonnais, 271 m à Anor, dans le Nord). Rien d'étonnant puisqu'il fut un temps où notre région s’appelait les Pays-Bas français.
Ces géographes cherchent la petite bête ; ils ont oublié que lorsqu’ils étaient écoliers et que l’instituteur accrochait au mur la carte de France, Lille et Dunkerque, étaient là-bas, tout en haut de la carte et Amiens un peu en-dessous.
    Alors ne boudons pas notre plaisir, acceptons sans rechigner ce nouveau nom. Et longue vie aux Hauts-de-France ! (malgré le hiatus)


Commentaires