Carnet de Bord (2016 - semaine 13) : Eternel printemps

Le Carnet de Bord livre chaque semaine des réflexions sur notre époque, inspirées par mes activités, mes loisirs, mes sorties et l'actualité. Ces libres cheminements ont pour but  de faire entendre « la rumeur du temps présent ».

 Éternel printemps

   Même si les signes de son retour ont été très discrets - imperceptibles en certains endroits - le calendrier le confirme : le printemps est arrivé depuis quelques jours.

  Le dernier week-end de mars est l’occasion d’un rituel auquel nous sommes habitués depuis quarante ans : le changement d’heure. Malgré les années qui passent, certains continuent de s’interroger. Faut-il reculer ou avancer sa montre d’une heure ? La technique qui n’a pas que des défauts apporte automatiquement la réponse aux hésitants ; c’est ce que font les ordinateurs, les smartphones et maints objets connectés.
Autre question qui revient tous les ans : ce changement d’heure est-il utile ? Selon une enquête récente, 77% des Français sont sceptiques sur ses bienfaits.
On applique encore cette décision prise après le choc pétrolier de 1973-1974 pour économiser l’énergie et réduire les émissions de CO2 sans connaître réellement son efficacité, faute d’étude d’impact depuis 2010.
Pour ma part, cette mesure n’est qu’un gadget insignifiant par rapport au problème global : seul le respect des rythmes naturels quotidiens et saisonniers serait efficace.

   Pâques est un autre signe du retour du printemps. Les croyants fêtent une résurrection, les autres une renaissance, celle de la nature. La plupart des fêtes religieuses et profanes se confondent. Quelles que soient les croyances, les philosophies, on se retrouve en famille   pour vivre de bons moments de convivialité.
À‭  Pâques, le chocolat s’est imposé, sous toutes les formes possibles (‬œuf, cloche, poussin, lapin,etc...)‭ comme le cadeau indispensable. Quant au repas, il sort de l’ordinaire. La tradition millénaire voulait que l’agneau fût au menu. Les temps changent : on commence à comprendre qu’abattre un jeune animal qui n’a pas encore un an (parfois cinq mois seulement) alors que son espérance de vie est de dix à douze ans est contraire à l'éthique (le tuer quand il a quelques années l’est aussi). Alors on cherche à faire plaisir à ses invités en leur préparant des plats dans lesquels la souffrance est absente.

    Pâques, c'est aussi l'occasion de mettre l'œuf à l'honneur.
L'œuf, symbole de la germination, de la renaissance, promesse de vie, à la forme parfaite, univers clos protégé par une coquille qui paraît fragile à nos yeux d'humains mais résistante et coriace aux yeux du poussin qui cherche à s'en extirper quand vient l'heure de l'éclosion.

Commentaires