Printemps des Poètes :Les Bretons


La 18e édition du Printemps des Poètes s’achève. Rappelons qu’elle a pour objectif de mettre à l’honneur les auteurs du XXe siècle.

Aujourd’hui : la Bretagne et ses poètes
‭Guillevic, René-Guy Cadou, Charles Le Quintrec

PLOUMANACH

‭   La Bretagne est une terre de poésie. Ses paysages sublimes ont inspiré les Bretons et de nombreux poètes venus d’autres régions. La mer et les rochers impressionnants, la lande où courent les vieilles légendes, les pierres dressées, vestiges des temps préhistoriques ont été pendant des siècles - et sont encore ajourd’hui - des sources intarissables d’inspiration.
‭Parmi tous les poètes bretons de naissance ou s’étant installés en Bretagne, il fallait faire un choix. J’ai retenu trois noms : Eugène Guillevic, René-Guy Cadou et Charles Le Quintrec.

‭   Guillevic (1907-1997) est l’un des plus brillants poètes  du 20e siècle. Il exerçait un métier pour vivre (il a travaillé notamment à l’Inspection générale de l’‬Économie) ; citoyen engagé il a été longtemps membre du Parti communiste. poète innovant, il a choisi la concision et la densité pour exprimer sa solidarité vis-à-vis des choses, de la nature et des hommes. 
Né à Carnac, il a souvent évoqué sa ville natale :
“ Nulle part comme à Carnac
Le ciel n’est à la terre,
Ne fait monde avec elle..”
Son engagement politique se ressent dans de nombreux poèmes, comme dans Morbihan :
“ Ce qui fut fait à ceux des miens,
Qui fut exigé de leurs mains,
Du dos cassé, des reins vrillés...
Je ne peux pas le pardonner."

   René-Guy Cadou (1920-1951) fils d’enseignants et lui-même instituteur n’avait que douze ans quand sa mère est morte. Marié à Hélène, poétesse elle aussi, il écrit des vers dans lesquels la mélancolie est souvent présente. Il aime se souvenir de son enfance, de la “vieille classe de (s)on père", de l’odeur des pluies...
“ À se souvenir on gagne
Du bonheur pour des années”
écrivait-il en pensant à Sainte-Reine-de-Bretagne où il est né.


   Charles Le Quintrec (1926-2008) poète et romancier, récompensé par un Grand Prix de poésie de l’Académie française, écrivait des vers de forme classique. Si l’alexandrin n’est plus à la mode, il faut reconnaître qu’il donne au poème un rythme agréable à l’oreille.
Dans ses vers, Le Quintrec  exprimait sa foi et son amour de la Bretagne :
“ Vieux pays d’herbe et d’ombre où mon amour est sûr
Où l’enfant que je fus traîne un bout de chaussure
Un rêve à la façon de l’homme que je suis.”

   Guillevic, Cadou et Le Quintrec, trois poètes aux styles et aux thèmes traités différents. Ils démontrent la richesse de la poésie bretonne.

Commentaires