Humeurs n° 16: IL Y A 30 ANS, TCHERNOBYL



« Ça ne fait rien, nous vivons un temps bien singulier ” 
( Georges Brassens - L’épave)

Humeurs : une rubrique qui dénonce les aberrations de la société moderne.



IL Y A 30 ANS, TCHERNOBYL

   Le 26 avril 1986, une terrible catastrophe nucléaire se produisait dans les environs de Tchernobyl, en Ukraine, l’une des quinze républiques de l’Union soviétique.
De nombreux liquidateurs - ceux qui interviennent sur les lieux de la catastrophe - périrent. Deux cent mille personnes furent évacuées. Des milliers de cancers de la thyroïde se sont déclarés, les décès liés à la radioactivité ont été estimés par Greenpeace à 90 000. 
Dans le Nord-Pas-de-Calais, des familles ont accueilli pendant des années des enfants de Tchernobyl. On était frappé par la pâleur de leur visage. 
Ces jours-ci, on a pu voir ce que sont devenues les villes proches de l’accident : tous les bâtiments ont été abandonnés, seuls circulent dans ce paysage lugubre des animaux, en particulier des loups dont l’espérance de vie est plus courte en raison de la contamination du secteur.

   L’accident de Tchernobyl a démontré l’opacité qui entoure le nucléaire, pas seulement en Ukraine mais aussi en France où, pour rassurer les gens, on a prétendu que le nuage radioactif n’avait pas traversé notre pays,  ce qui était faux.
Sur une radio, ces jours-ci, parlant de la catastrophe, un pronucléaire a accusé de sectarisme ceux qui réclament l’arrêt du nucléaire.
Ces gens-là ne manquent pas d’audace, eux qui ont imposé cette énergie en multipliant les mensonges et en cachant la vérité. 
                                                                 * 
Réponse à quelques mensonges   

   Le nucléaire serait l’énergie de l’avenir ?
Faux ! Dans la période de transition, et après celle-ci, trois principes sont nécessaires:la relocalisation des productions, la sobriété et la démocratie (ou transparence). Le nucléaire est une énergie centralisée, il demande une production en continu et il est opaque.

   Le nucléaire ne produirait pas de CO2 ?
Faux ! Pour extraire l’uranium, le transporter, construire les centrales, gérer les déchets...on émet des gaz à effet de serre.

   Le nucléaire serait une énergie bon marché ?
Faux ! C’est plutôt un gouffre financier, avec le démantèlement, le coût exorbitant de l’EPR (9 à 10 milliards de coûts supplémentaires pour Flamanville selon les spécialistes), le stockage des déchets prévu à  Bure (on parle de 25 milliards d’euros.)

   Le nucléaire français serait sûr ?
Faux. Des militants de Greenpeace ont réussi à pénétrer dans des centrales nucléaires. Aucune de celles-ci  n’est à l’abri d’actions terroristes, une hypothèse qu’on ne peut ignorer dans le contexte actuel.

   Et puis, il y a la question morale qui à elle seule suffit pour refuser le nucléaire : il est irresponsable de laisser aux générations futures des déchets dangereux. Parmi ceux-ci, des déchets à vie longue émettent pendant des siècles ou des millions d'années des rayonnements nocifs voire mortels.
   L’avenir assurément n’est pas dans le nucléaire mais dans les économies d’énergie et les énergies renouvelables.


Commentaires