Ces chevaux qu'on abat ( poésie)




Itinéraire d’un poème : Ces chevaux qu'on abat

Comment naît un poème ? Chaque auteur a sa méthode et rien, dans le domaine de la création, n’est immuable. Mais cependant, il est possible de définir certains principes.
En ce qui me concerne, la démarche  comprend trois étapes. Illustrons cela par un exemple.

1. Le déclic ( l’inspiration)
Au printemps 2012, dans le cadre de la préparation à un entretien d’embauche, j’interrogeais une étudiante. 
Parlant de ses loisirs, elle me dit qu’elle aime les chevaux et qu’elle fait de l’équitation. Alors je lui dis :
- Vous  ne faites sûrement pas partie des amateurs  de viande de cheval !
Elle me regarde étonnée, avant de répondre :
- J’en mange, et c’est très bon.
Ce n’était pas le lieu qui convenait à un débat. Je passais à autre chose. Mais l’envie de partager la  tristesse  que j’éprouve devant la mort d’un animal (notamment celle d’un cheval qui a beaucoup couru, beaucoup travaillé pour l’homme et qu’on envoie à l’abattoir plutôt que lui offrir une vieillesse paisible) était forte.
Dans les jours qui suivirent, je notais quelques idées pour évoquer le sort de ces  chevaux. 

2. L’ébauche :
Le 28 mai, je publiais dans ce blog un texte qui n’était qu’une ébauche et que je reproduis ici :

Aux barbelés de l’enclos / il a suspendu son galop / arraché sa crinière /‭
‬retenu un sanglot.‭

Dans le regard tendre/ de l'enfant qui passe / le vieux cheval ne cherche plus‭ /‬
la lumière des grands espaces.‭

‬Il devine la mort / la ‭ ‬porte qui se ferme / la lame ‭ ‬qui ‭ ‬s’élance / vers son vieux corps meurtri / puis le sang‭ ‬ ‭ ‬jaillissant / ‭
‬Et la vie qui s’en va.‭ 

3. Le texte définitif *
‭( Il est rare qu’un premier jet donne satisfaction à son auteur.)

‭Le texte ci-dessus a été retravaillé à plusieurs reprises pour améliorer le rythme et  renforcer la  violence de la situation. Cinq mois plus tard le poème avait trouvé sa forme définitive.
Aux barbelés barbares de l'oubli
il a suspendu son galop,‭ ‬arraché sa crinière,‭
r‬etenu un sanglot.
Le vieux cheval attend la nuit
et dans les yeux de l'enfant qui passe‭ 
il ne voit plus la lumière‭
‬des grands espaces.
‬Il devine la mort,‭ ‬la porte qu'on referme,‭ 
la lame qui s’élance‭
‬vers son corps fatigué
‬Et le sang jaillissant‭
dans la pâleur de l'aube.

* les modifications sont soulignées

Commentaires