n° 1013 : Nouvel An



Nouvel An
Résister aux vents contraires


Photo : Ramon Ciuret

La tradition des vœux est sans doute la plus ancienne de toutes ; elle existait déjà à l’époque de l’Egypte antique. Cette fête marque le lien que l’être humain entretient avec la Terre et le cosmos :  placée entre le solstice d’hiver et l’équinoxe de printemps, elle célèbre le cycle des saisons. Elle nous rappelle que la nature prépare dans le froid sa renaissance.

C’est Jules César  qui a   choisi de faire commencer l’année le premier janvier. 
La date du premier jour de l’année a varié à plusieurs reprises et elle a été fêtée différemment selon les cultures. Au fil des siècles, cette tradition a évolué.

J’ai connu dans mon enfance les soirées de  la Saint-Sylvestre fêtées en attendant minuit dans la simplicité, les repas du Jour de l’An chez les grands-parents, les visites à pied chez les oncles et les tantes et la présentation des vœux aux amis de la famille  qui  étaient l’occasion de recevoir quelques pièces ou un billet. C’était le matin des étrennes :

“ On allait, les cheveux emmêlés sur la tête,
Les yeux tout rayonnants, comme aux grands jours de fête ...
Aux portes des parents tout doucement toucher.
On entrait ! Puis alors les souhaits... en chemise,
Les baisers répétés, et la gaîté permise !”
( Arthur Rimbaud - 1870) 
C’était une autre époque !

Après les “ trente glorieuses”, le monde a changé et  on a confondu convivialité et consommation ; les repas frugaux se sont transformés en festins, les cadeaux modestes n’ont plus suffi,  on s’est mis à offrir les merveilles technologiques  dernier cri dont tout le monde parle...  Les membres des familles se sont dispersés, les cartes puis les mails ont remplacé les rencontres. 
Les communes, les institutions, les entreprises, organisent désormais des cérémonies de vœux  si nombreuses qu’elles remplissent   les agendas durant tout le mois de janvier. 
Bientôt, espérons-le, on verra  sans doute le retour d’une plus grande sagesse, d’une simplicité voulue.

Je souhaite à chacun(e) de vous une bonne année. Qu’elle vous apporte le bonheur !
Puissions-nous être nombreux à résister aux vents contraires 
-   qui mettent en danger les libertés,
- qui laissent s'installer les inégalités en freinant les avancées sociales,
-  qui empêchent ainsi la  fraternité !




Commentaires

  1. Très belle année à vous et que 2016 soit beaucoup plus douce pour tous et pour notre planète !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire